Le Green Brief : compromis facile sur l’interdiction du pétrole russe, le plus dur reste à venir

Le Green Brief : compromis facile sur l’interdiction du pétrole russe, le plus dur reste à venir

Bienvenue sur le Green Brief d’EURACTIV. Vous y trouverez les dernières actualités en matière d’énergie et d’environnement en provenance de toute l’Europe. Vous pouvez vous abonner à la newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

L’interdiction des importations de pétrole russe, décidée par les dirigeants de l’UE lundi (30 mai) en fin de journée, est le signe que la machine à compromis de l’UE fonctionne encore. La tâche la plus ardue sera désormais d’éradiquer les importations de gaz russe.

Même si, dans un premier temps, l’interdiction ne concernera que les expéditions de pétrole russe et non les livraisons par oléoduc, il s’agit d’un succès massif pour l’Union européenne et sa capacité à faire front commun face à la guerre d’agression menée par la Russie en Ukraine.

« Cette mesure couvre immédiatement plus des deux tiers des importations de pétrole en provenance de Russie, éliminant ainsi une énorme source de financement de la machine de guerre [de la Russie] », a tweeté Charles Michel, l’ancien Premier ministre belge qui préside le Conseil européen, constitué des dirigeants de l’UE.

Les perspectives d’un accord entre les 27 dirigeants de l’UE semblaient initialement difficiles. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, dont le pays est fortement dépendant des importations de brut russe par oléoduc, s’est retranché dans ses positions : « Il n’y a pas du tout de compromis en ce moment. Il n’y a aucun accord du tout ».

Mais dans le processus décisionnel complexe de l’Union européenne, les démentis sont toujours un signe certain qu’un accord est en préparation.

Au final, les dirigeants de l’UE sont parvenus à un accord politique selon lequel les sanctions porteraient sur « le pétrole brut, ainsi que les produits pétroliers, livrés par la Russie dans les États membres, avec une exception temporaire pour le pétrole brut livré par oléoduc », une référence aux pays enclavés d’Europe centrale que sont la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie.

Ces exemptions couvrent environ 10 % des importations de pétrole russe de l’UE. D’ici la fin de l’année, l’embargo couvrira les 90 % restants des importations de pétrole russe, c’est-à-dire toutes les livraisons par voie maritime et le pétrole russe acheminé par oléoduc vers la Pologne et l’Allemagne.

Mais il y a d’autres faiblesses, a noté Georg Zachmann du groupe de réflexion économique Bruegel à Bruxelles :

  • Premièrement, l’absence de tout instrument de tarification du pétrole russe, tel qu’un tarif d’importation, pourrait permettre à Moscou de (sur)compenser les volumes perdus grâce à la hausse des prix du pétrole sur les marchés mondiaux.
  • À la demande de la Grèce, de Malte et de Chypre, les services de transport maritime de pétrole ont été exclus de la proposition initiale de la Commission présentée au début du mois, ce qui leur permet de continuer à transporter du pétrole russe vers les marchés asiatiques. La plupart du pétrole russe est actuellement transporté par des navires grecs, a déclaré M. Zachmann.
  • La Croatie a obtenu une exemption pour le gazole sous vide, et la Bulgarie a obtenu une période de transition plus longue pour l’interdiction du pétrole par voie maritime, rapporte Bloomberg.
  • La période de transition commencera six mois après l’adoption du volet de sanctions, ce qui permettra à la Russie de chercher d’autres acheteurs.

Ces manquements ont été vivement critiqués par les Verts allemands au Parlement européen, qui ont qualifié l’interdiction du pétrole d’« absolument décevante » et de « défaite personnelle » pour la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a présenté la proposition au début du mois.

« Des sanctions bâclées envoient un signal catastrophique à la Russie », a déclaré Rasmus Andersen, porte-parole des Verts allemands au sein de la commission des Affaires économiques du Parlement. « Les exceptions de grande portée et les longs délais font que l’effet s’essouffle », a-t-il ajouté.

Mais d’autres sont plus optimistes. « L’embargo sur le pétrole russe convenu par le Conseil européen est loin d’être idéal, notamment parce qu’il ne commencera que dans six mois, mais il représente un pas important dans la bonne direction », a déclaré Simone Tagliapietra de Bruegel.

« Cela représente un coup dur pour la Russie, qui sera obligée de trouver de nouvelles voies d’acheminement pour son pétrole et de le vendre avec des rabais substantiels. »

L’embargo sur le pétrole ayant été décidé, l’attention se porte désormais sur la suite des événements, certains dirigeants européens appelant à un septième cycle de sanctions contre Moscou couvrant les importations de gaz fossile. La Pologne, l’Estonie et la Lettonie ont exprimé leur soutien à cette idée.

Mais cette suggestion a été immédiatement rejetée par l’Autriche. « L’embargo sur le gaz ne sera pas un sujet », a déclaré le chancelier du pays, Karl Nehammer. « Le pétrole russe est beaucoup plus facile à compenser… le gaz est complètement différent, c’est pourquoi un embargo sur le gaz ne figurera pas dans le prochain volet de sanctions », a-t-il ajouté.

La décision de l’Europe concernant le gaz pourrait en fait être facilitée par Moscou. Le mois dernier, le président russe Vladimir Poutine a ordonné l’arrêt des exportations de gaz vers la Bulgarie et la Pologne en raison de leur refus de payer en roubles. La semaine dernière, c’était au tour de la Finlande. L’approvisionnement à destination des Pays-Bas a été interrompu mardi (31 mai) et le Danemark devrait être le prochain.

« L’Europe doit maintenant se tenir prête pour d’éventuelles mesures de rétorsion sur le gaz naturel », a déclaré Mme Tagliapietra. « Pour cela, une forte coordination de l’UE est nécessaire afin de planifier une interruption potentielle de toutes les fournitures de gaz russe à l’Europe. »

– Frédéric Simon 

Les militants dénoncent le retard « illégal » de la législation européenne sur les microplastiques. Au 1er juin 2022, la Commission européenne a un an de retard dans la publication d’une proposition législative visant à réduire la pollution intentionnelle par les microplastiques, ont déclaré les militants du Bureau européen de l’environnement (BEE) et de ClientEarth.

Selon le règlement REACH de l’UE sur les produits chimiques, la Commission avait l’obligation de présenter sa propre proposition pour contrôler les microplastiques trois mois après la publication d’un avis scientifique de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), en février 2021.

« Cette proposition de restriction traîne sur le bureau de la Commission depuis plus d’un an, sans raison apparente », a déclaré Hélène Duguy, avocate de ClientEarth. « Ce retard constitue une violation manifeste de multiples obligations légales, notamment celles prévues par le règlement REACH », a-t-elle ajouté.

Selon une analyse des ONG, ce retard pourrait entraîner une pollution équivalente à la libération de 1,6 milliard de bouteilles en plastique dans l’environnement chaque année. (Frédéric Simon | EURACTIV.com)

////

Des pénuries de carburant cet été menacent l’Europe, alerte le chef de l’AIE. L’Europe pourrait être confrontée à des pénuries de carburant cet été en raison des tensions sur les marchés pétroliers, a déclaré le directeur de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, au journal allemand Spiegel.

« Lorsque la principale période de vacances commencera en Europe et aux États-Unis, la demande de carburant augmentera. Nous pourrions alors assister à des pénuries, par exemple de diesel, d’essence ou de kérosène, en particulier en Europe », a déclaré M. Birol.

M. Birol a également signalé que la crise énergétique actuelle était « beaucoup plus importante » que les chocs pétroliers des années 1970 et qu’elle durerait également plus longtemps, selon le rapport.

« À l’époque, il ne s’agissait que du pétrole », a déclaré M. Birol au Spiegel. « Maintenant, nous avons simultanément une crise pétrolière, une crise gazière et une crise de l’électricité. » (EURACTIV.com avec Reuters)

////

Les Pays-Bas augmentent la limite des subventions pour le stockage du gaz. Le gouvernement néerlandais a déclaré vendredi qu’il allait augmenter le montant maximal qu’il compte offrir comme subvention aux compagnies de gaz pour remplir l’installation de stockage de gaz de Bergermeer aux Pays-Bas, l’une des plus grandes d’Europe.

La subvention, annoncée pour la première fois en avril, passera de 366 millions d’euros à 406 millions d’euros. Le gouvernement a précisé qu’il organiserait les appels d’offres pour le remplissage de Bergermeer les 30 mai et 7 juin plutôt qu’à la mi-mai.

Le ministère des Affaires économiques a indiqué dans un communiqué que son objectif était de remplir les 4,1 milliards de mètres cubes de l’installation à 68 % de sa capacité d’ici octobre. Si les autres installations de stockage aux Pays-Bas sont remplies à 100 % comme prévu, cela signifierait que le stockage aux Pays-Bas dans son ensemble serait à 80 % de sa capacité avant l’hiver. (EURACTIV.com avec Reuters)

////

Un rapport de l’OMS analyse l’impact environnemental du tabac. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié le 29 mai un rapport sur l’impact environnemental du tabac. Outre les décès humains provoqués par le tabagisme, le rapport de l’OMS estime que l’industrie du tabac coûte chaque année au monde 600 millions d’arbres, 200 000 hectares de terres, 22 milliards de tonnes d’eau et 84 millions de tonnes de CO2.

« Les produits du tabac sont les éléments les plus polluants de la planète, car ils contiennent plus de 7 000 produits chimiques toxiques, qui s’infiltrent dans notre environnement lorsqu’ils sont jetés. Environ 4,5 billions de filtres de cigarettes polluent chaque année nos océans, nos rivières, nos trottoirs, nos parcs, nos sols et nos plages », a déclaré le Dr Ruediger Krech, directeur de la promotion de la santé à l’OMS. Lire le rapport complet ici. (Valentina Romano | EURACTIV.com).

9 JUIN. Partenariat avec les médias — La révision des règles de l’UE sur les emballages et les déchets d’emballages. La prochaine révision de la législation de l’UE sur les emballages et les déchets d’emballages offre la possibilité aux solutions d’emballages durables de faire progresser les objectifs de neutralité climatique et d’économie circulaire de l’UE. Rejoignez Emiliano Micalizio de Ramboll, Elsa Agante d’Euroconsumers et Ronan Breen de Delivery Platforms Europe/Deliveroo Europe pour en apprendre davantage lors de cet évènement. Programme et inscription ici. (Organisé par la European Paper Packaging Alliance en partenariat avec EURACTIV)

13 JUIN. Comment parvenir à lancer une vague de rénovation socialement juste dans l’UE ? La rénovation des bâtiments publics et privés a été désignée dans le Pacte vert pour l’Europe (Green Deal) comme une initiative clé afin de stimuler l’efficacité énergétique dans le secteur. Participez à cette conférence hybride organisée par EURACTIV pour discuter de la manière dont une vague de rénovation socialement juste peut être lancée. Les intervenants seront Adela Tesarova, chef d’unité pour les consommateurs au département de l’énergie de la Commission européenne, le professeur Stefan Bouzarovski de l’Université de Manchester, le directeur général et chercheur principal de l’Institut pour la politique énergétique et climatique européenne (Institute for European Energy and Climate Policy, IEECP) Vlasis Oikonomou et bien d’autres. Programme et inscription ici. (Avec le soutien de l’IEECP)

14 JUIN. TIC vertes — Comment le secteur du numérique peut-il accélérer la transition écologique ? Participez à ce débat organisé par EURACTIV et GIGAEurope pour discuter de la manière dont, grâce à une action collective et à des approches multipartites, nous pouvons permettre une transition verte et numérique efficace pour tous. Parmi les intervenants vous pourrez retrouver Daniel Mes du cabinet du vice-président exécutif de la Commission européenne Frans Timmermans, Ilias Iakovidis, le conseiller pour les aspects numériques de la transformation écologique à la DG CONNECT et bien d’autres. Programme et inscription ici.

14 JUIN. L’Allemagne a-t-elle besoin d’une nouvelle politique forestière ? Potentiel et problèmes de la stratégie forestière 2050. L’Allemagne est l’un des pays les plus densément boisés d’Europe, les forêts représentant près de 30 % de sa superficie totale. L’ancienne ministre de l’Agriculture Julia Klöckner a mis en place la stratégie forestière 2050, qui prévoyait une utilisation plus économique du bois. Le nouveau gouvernement allemand en place doit-il revoir la stratégie forestière ? Rejoignez la députée européenne Ulrike Müller, Stefanie Schmidt de la DG ENVI, la députée allemande Tessa Ganserer et l’experte en écologie forestière, Nicole Wellbrock, ainsi que d’autres intervenants qui seront annoncés prochainement, pour en savoir plus. Programme et inscription ici. L’événement sera en allemand. (Soutenu par Life Terra)

15 JUIN. Mind the gap – les biocarburants peuvent-ils jouer un rôle stratégique pour atteindre la sécurité énergétique et alimentaire de l’UE ? Participez à cette conférence hybride organisée par EURACTIV pour discuter de la manière dont l’Union européenne peut respecter son engagement à atteindre les objectifs climatiques et énergétiques du paquet Fit for 55 dans une situation géopolitique incertaine. Et quel est le rôle évolutif des carburants renouvelables à faible teneur en carbone dans la réalisation des objectifs climatiques et énergétiques de l’UE? Programme et inscription ici. (Soutenu par ePURE).

30 JUIN. Sécurité de l’approvisionnement en gaz — quel rôle pour les infrastructures gazières ? Participez à cette conférence hybride EURACTIV au cours de laquelle les parties prenantes discuteront des outils politiques qui peuvent renforcer la sécurité de l’approvisionnement de l’UE. Les sujets qui seront abordés sont les suivants : comment sécuriser l’approvisionnement en gaz de la manière la plus efficace et durable, quel est le rôle des infrastructures gazières, et quelles sont les solutions pour transporter et stocker les énergies renouvelables et les molécules à faible teneur en carbone sur de longues distances. Programme et inscription ici. (Soutenu par Gas Infrastructure Europe).

30 MAI – 5 JUIN. Semaine verte européenne 2022.

6—9 JUIN. Le Parlement européen débattra et votera sur huit des principaux dossiers Fit for 55. Consultez l’agenda complet ici.

7 JUIN. Communication conjointe sur la gouvernance internationale des océans.

15 JUIN. Rapport de prospective stratégique 2022.

22 JUIN. Paquet sur la protection de la nature (à confirmer) :

  • Utilisation durable des pesticides — révision des règles de l’UE.
  • Protection de la biodiversité : objectifs de restauration de la nature

27 JUIN. Conseil « Energie ».

28 JUIN. Conseil « Environnement ».

5 JUILLET. Nouvelles exigences de conception et droits des consommateurs pour l’électronique à confirmer.

20 JUILLET. Paquet économie circulaire 2 :

  • Cadre politique pour les plastiques biosourcés, biodégradables et compostables.
  • Révision de la directive sur les emballages et les déchets d’emballages pour renforcer les exigences essentielles en matière d’emballages et établir des mesures et des objectifs de prévention des déchets d’emballages au niveau de l’UE.
  • Révision de la directive sur le traitement des eaux urbaines résiduaires.
  • Proposition de règlement relatif à la justification des allégations environnementales au moyen de la méthode de l’empreinte environnementale du produit ou de l’organisation.

20 JUILLET. Développement de normes d’émission post-Euro 6/VI pour les voitures, camionnettes, camions et bus.



Source